A.R. PENCK

À travers A.R. Penck // 6 mai -> 17 juin 2017

En hommage à une figure tutélaire et passionnante de l’art contemporain, Suzanne Tarasieve présente la deuxième exposition personnelle d’A.R. Penck et tristement, la dernière de son vivant. Affaibli par des problèmes de santé, A.R. Penck, né Ralf Winkler en 1939 à Dresde, nous a quitté le 2 mai 2017. Il laisse derrière lui une œuvre unique et majeure qui retentit à travers le monde par son audace et son universalité. Salué dès les années 60 par les grandes figures du néo-expressionnisme allemand, son influence traversera l’Atlantique dans les années 80, marquant des artistes comme Keith Haring ou Jean-Michel Basquiat. L’exposition de la Galerie Suzanne Tarasieve, À travers A.R. Penck, poursuit cet hommage avec passion et conviction, en réunissant des œuvres des années 80 aux années 2000 (œuvres sur papier, peintures et sculptures en bronze).

A.R. Penck est une figure majeure de la scène artistique allemande d’après guerre, aux côtés des néo-expressionnistes Georg Baselitz, Markus Lüpertz, Jörg Immendorff, Anselm Kiefer, Sigmar Polke et Gerhard Richter. Grandissant à l'Est, il découvre la peinture à travers les livres et l'explore en autodidacte. Ses toiles sont inspirées des peintures pariétales préhistoriques. En 1969, il expose pour la première fois à l’Ouest chez le galeriste Michael Werner sous le pseudonyme A.R. Penck (géologue du 19e siècle spécialiste de l’ère glacière), obligé à l'anonymat suite à la condamnation de son œuvre par les autorités Est allemandes.[1] Progressivement, A.R. Penck travaille à rendre l'universel communicable, en élaborant un idiome capable de transgresser toutes les frontières qui séparent les hommes.

 

« L’œuvre de Penck se révèle être une œuvre prophétique par la clarté de son énonciation. Elle formule les enjeux et les drames de l’individu, sa perception d’un monde mobile, hostile, et où chaque forme, chaque symbole est une menace ou un espoir ».

 

Fabrice Hergott, A.R. Penck, Peinture, Système, Monde, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 2008

 

En développant le concept du « Standart », il élabore un langage pictural composé de signes et de symboles élémentaires appréhensibles et reproductibles par tous. Cette recherche, guidée par la notion de système et d’information visuelle, atteint dans son œuvre un degré d’abstraction élevé.

 

Contraint à l'exil en 1980, A.R. Penck s'installe à l'Ouest. La couleur, devenue financièrement abordable intègre davantage son travail et il pratique la sculpture, comme le feront Georg Baselitz et Markus Lüpertz à la même époque. Alternant figuration abstractisée et abstraction figurée, l’artiste poursuit une quête esthétique ayant pour principal objectif de rendre tangible les liens invisibles et universels qui unissent entre eux les êtres humains.

Cette quête sera poursuivie jusqu’à son décès survenu le 2 mai 2017. La Fondation Maeght et la Galerie Suzanne Tarasieve accompagnent cet artiste majeur, pour ses deux dernières expositions organisées en France, de son vivant.

 

 

 

 

_____________________

 

 

Né à Dresde en 1939, A.R. Penck vivait et travaillait à Dublin. Il décède le 2 mai 2017. Sa première exposition personnelle est organisée en 1969 par le galeriste Michael Werner. Dès le début des années 80, Penck atteint la reconnaissance internationale. En 1981, l’artiste inaugure sa première exposition muséale à la Josef-Haubrich-Kunsthalle de Cologne. La même année, il reçoit le prix Rembrandt de la Goethe-Stiftung. En 1982, il participe à la « Documenta 7 » à Cassel qui présente aussi les œuvres de Jean-Michel Basquiat et Keith Haring. Salué par la critique, Penck représente en 1984 la République Fédérale d’Allemagne lors de la 41ème Biennale de Venise. En France, son premier hommage lui sera rendu en 1985 au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne. Dès lors, de nombreuses expositions personnelles et muséales lui sont consacrées, en Europe, aux Etats-Unis et en Asie.

Une large rétrospective lui est consacrée en 2007 et 2008 successivement dans les Kunsthalle de Francfort et de Kiel en Allemagne, puis au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

L’œuvre de A.R. Penck est actuellement exposée à la Fondation Maeght jusqu’en juin 2017.

 

L'exposition est accompagnée d'un catalogue publié par la galerie avec un texte d’Eric Darragon



[1]. Sa tentative d’obtenir pour la troisième fois le statut officiel d’artiste en RDA échoue définitivement cette année.

 

A.R. PENCK , 6 mai -> 17 juin 2017
Galerie Suzanne Tarasieve7, rue Pastourelle, 75003 Paris
Informations générales : info@suzanne-tarasieve.com // T : + 33 (0)1 42 71 76 54 // Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h

A télécharger :

Galerie Suzanne Tarasieve

7 rue Pastourelle 75003 Paris
Tel : 01 42 71 76 54
Mail : info@suzanne-tarasieve.com

Site : Galerie Suzanne Tarasieve

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 20 avril 2018

En ce moment

Toute la programmation