Cerith Wyn Evans

As if, seeing in the manner of listening...hearing as if looking // 6 juin -> 28 juillet 2017

Marian Goodman a le plaisir de présenter la première exposition de Cerith Wyn Evans dans sa galerie parisienne. L’artiste dévoile un ensemble de nouvelles sculptures lumineuses et sonores, déployées au sein d’un parcours savamment chorégraphié. Comme son titre l’indique, l’exposition joue avec le visible et l’invisible, le matériel et l’immatériel, les sens et les perceptions du visiteur. En orchestrant simultanément luminosité et vibrations sonores, elle propose aux visiteurs une expérience proche de la synesthésie (phénomène neurologique par lequel certaines personnes associent de manière systématique deux ou plusieurs sens, celles-ci pourront par exemple percevoir une couleur à l’écoute d’un son ou à la vue d’une une lettre de l’alphabet). «As if, seeing in the manner of listening…hearing, as if looking » est aussi, à l’image de l’œuvre de Wyn Evans, « un rendezvous de points d’interrogation » selon la formule de la critique Molly Nesbit.

Au rez-de-chaussée de la galerie, suspendus à la verrière, dialoguent en lumière et en musique deux majestueux lustres de plus de deux mètres de haut. Réalisés en verre soufflé de Murano, les luminaires sont des répliques de modèles de style oriental. Leur illumination respective est déclenchée par un système de programmation qui suit le rythme de deux partitions musicales composées et interprétées au piano par Cerith Wyn Evans. Les deux sculptures, bien que dotées de programmes distincts, semblent se répondre comme si elles tenaient une conversation et ne se synchronisent que trois heures chaque jour.

Une grande installation immersive composée de quinze panneaux de verre transparent suspendus se déploie dans l’espace du niveau inférieur tandis qu’une phrase en néon, telle une frise, court le long des murs. Une bande sonore composée par l’artiste est diffusée par de petites enceintes intégrées aux panneaux. Une impression de vertige saisit le visiteur alors que des segments de phrases lumineux réfléchis par les vitres semblent se démultiplier à l’infini. Le texte, librement inspiré de Michel Foucault1, est rendu quasi illisible :

 

‘The Illuminating Gas [...] systematically imposes a formless anxiety, diverging yet centrifugal, directed

not toward the most withheld secrets but toward the imitation and the transmutation of the most visible forms:

each word at the same time energised and drained, filled and emptied by the possibility of there being yet another meaning, this one or that one, or neither one nor the other, but a third, or none...’ 2

Dans la salle voûtée de la galerie, flûtes en cristal et de longs tubes transparents composent une sculpture aérienne et flottante. Dotée d’un système de programmation, cet « instrument » d’un nouveau genre fonctionne de manière autonome, et son mécanisme de soufflerie insuffle une respiration à la pièce.

A la librairie Marian Goodman située 66 rue du Temple, Cerith Wyn Evans choisit de présenter pendant toute la durée de son exposition une sélection d’œuvres d’Antonin Artaud, Isa Genzken, Pierre Klossowski et Lawrence Weiner. Tous ces artistes ont un lien ténu avec la littérature ou le langage.

 

Cerith Wyn Evans, 6 juin -> 28 juillet 2017
Marian Goodman Gallery
Marian Goodman Gallery

79 rue du Temple 75003 Paris
Tel : 01 48 04 70 52
Mail : paris@mariangoodman.com

Site : Marian Goodman

Du mardi au samedi de 11 à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 8 juin 2017