Daniel Authouart

Peintures, dessins et lithographies // 15 novembre 2018 -> 12 janvier 2019

Daniel Authouart, "On 42nd Street", gouache sur papier préparé, 38 x 29 cm

Le travail de Daniel Authouart se situe dans la mouvance d'artistes qui, au détour des années 70, provoqués par la contemporanéité du travail des Pop-Artistes américains, éprouvèrent la nécessité de proposer une nouvelle forme de peinture narrative. Comment un peintre, avec son crayon et son pinceau, pouvait-il offrir un témoignage original sur son temps alors que d'innombrables machines à images commençaient de submerger le monde?
Pour répondre à cette question, les artistes essayèrent de présenter une lecture pertinente du monde qui les entourait. Les uns privilégiant une couleur (Monory, Adami), d'autres en isolant des signes de notre civilisation (Klasen, Raynaud), d'autres encore en utilisant la presse en abîme (Le Gac, Rancillac, Erro).
Daniel Authouart, lui, a choisi de "peindre son temps comme on écrit un journal" ; les personnages, les décors et les objets sont notés (croqués) sur des carnets au jour le jour. On les retrouve, mis en scène dans les tableaux pour devenir le sujet d'une réflexion, l'expression d'un fantasme individuel ou collectif, ou simple polaroïd d'une "chose vue". Les mots sont remplacés par des images ...
 
« J’ai coutume de dire que je m’efforce inlassablement à créer des ponts entre Peinture et Bande Dessinée. Dès mon plus jeune âge, j’ai appris à lire dans les bandes dessinées que j’utilise comme un alphabet, un langage qui me sert de support et que j’utilise comme une sorte de passerelle dans mes recherches picturales.
Depuis The Comics Section, peint en 2002, je crée souvent un second plan de réflexion pour la signification du tableau. Le thème principal de la toile se détache sur un fond, une bande dessinée composée au préalable et qui apparaît de façon plus ou moins lisible. »
Daniel Authouart
 
« Authouart façonne à longueur de toile une mythologie contemporaine: celle d’un monde où le chaos surgit des brèches d’un urbanisme à grand spectacle qui cultive l’éblouissement, la fascination, l’illusion. L’imitation à outrance du réel pratiquée par l’artiste induit en même temps une critique radicale d’un univers inféodé aux valeurs matérialistes ... Sa source d’inspiration, son terrain d’élection, le lieu qui l’attire, se trouve loin de sa terre natale, de l’autre côté de l’Atlantique, et c’est à New York qu’il passe une partie de son temps, tout en conservant Rouen comme port d’attache. New York donc, cette nouvelle Babylone, où la déchéance côtoie l’opulence, où il fait jour même la nuit, avec laquelle il noue une relation amoureuse, avec ce que l’amour sous-entend de haine, de passion et d’ambiguïté. »
Jean-Luc Chalumeau
Daniel Authouart, 15 novembre 2018 -> 12 janvier 2019
Galerie Pascal Gabert11 bis rue du Perche, 75003 Paris
Vernissage jeudi 15 novembre de 18h à 21h Ouverture du mardi au samedi, 11h-13h ; 14h30 - 19h
Galerie Pascal Gabert

11 bis rue du Perche 75003 Paris
Tel : 01 44 54 09 44
Mail : galerie.gabert@wanadoo.fr

Site : Galerie Pascal Gabert

Du mardi au samedi de 11h à 12h30 et de 14h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 9 novembre 2018

En ce moment

Toute la programmation