Faya Lobi

1 février -> 21 mars 2020

Faya Lobi, à la galerie Praz-Delavallade Paris du 1er février au 21 mars Faya Lobi signifie amour ardent, ou amour du feu. Cet «amour ardent» brûle au coeur des jungles sud-américaines. Rien à voir avec les feux détruisant la forêt Amazonienne : il se transmet et anime tous ceux nés avec cet esprit de résistance.

Faya Lobi signifie amour ardent, ou amour du feu.
C’est le nom Sranan1

donné à cette fleur devenue emblème national du
Suriname. L’Ixori Coccinea est une plante à fleurs originaire du sud de l’Inde,
du Bangladesh et du Sri Lanka, connue également sous le nom de Géranium
de la jungle, de Flamme des bois ou encore Flamme de la jungle. Elle pousse
abondamment au Suriname et fleurit toute l’année, comme en Asie du sud.
Pour les Surinamiens, elle est devenue un symbole d’amour durable et de
passion ardente.
Cet «amour ardent» brûle au coeur des jungles sud-américaines. Rien à voir
avec les feux détruisant la forêt Amazonienne2

: il se transmet et anime tous
ceux nés avec cet esprit de résistance, comme c’est le cas des Ndyuka,
descendants des esclaves Marrons qui n’ont eu de cesse de développer
des mouvements et des noyaux de résistance dans ce bassin nord est de
l’Amazonie3
.
Cet «amour ardent» frais, révolutionnaire, résistant, urgent, éclairé,
communautaire, organisé et uni était le moteur de ces quinze hommes4
opposés à la dictature militaire gouvernant le Suriname dans les années 1980.
Les 7,8,9 décembre 1982 à Paramaribo, capitale du Suriname, ces derniers
furent internés au Fort Zeelandia, torturés puis assassinés pour s’être opposés
au régime militaire.
La statue de la Reine Wilhelmine des Pays-Bas - ancienne puissance coloniale
- située devant ce fort fût déplacée en 1974, alors qu’elle se trouvait face
au Palais du Gouverneur, devenu Palais Présidentiel et remplacée par une
sculpture à l’effigie de Jopie Pengel (Premier Ministre du Suriname de
1963 à 1969), œuvre réalisée par Stuart Robles de Medina, grand-père de
Xavier Robles de Medina. Dans les archives du Musée National se trouve une
photographie de Stuart et d’un ami déplaçant la sculpture de la Reine vers son
emplacement actuel. La sculpture et le Fort Zelandia incarnent le symbole de
la chute de l’Empire colonial des Pays-Bas. Les régimes autoritaires et violents

vécus comme indestructibles sont souvent plus fragiles qu’il n’y parait dès lors
que nous nous mobilisons contre ces pouvoirs autocratiques, faisant montre
de ce courage incarné par le faya lobi.
Dans son exposition, Xavier Robles de Medina présente un dessin réalisé d’après
ce document photographique. Son travail s’organise comme une fouille lente et
méthodique ou plutôt comme une réactivation du passé. J’ai vu Xavier travailler,
son procédé est extrêmement précis, minutieux. Il dit de lui-même qu’il a
surtout le sentiment d’effleurer, d’effacer le sujet avec délicatesse et retenue.
En l’observant progresser dans ses dessins, nous avons l’impression d’accéder
à une clairière après avoir parcouru un long sentier obscur. Il y a en lui une
forte détermination, la passion et la conviction intime que le sujet apparaîtra en
pleine lumière à la fin du processus. Cela me fait penser à la façon dont nous
honorons nos ancêtres. Nous sommes tous porteurs (inconsciemment ou non)
de leurs engagements, de l’ensemble de leurs efforts et des risques qu’ils ont
encourus pour que nous puissions jouir des libertés élémentaires nécessaires
à notre quotidien de citoyens et d’Hommes libres. Il arrive, parfois par hasard,
que nous emboîtions leurs pas pour préserver leur héritage.
Il faut de la mansuétude pour se pencher avec bienveillance sur notre passé et
accepter de transformer une relation témoin de grandes violences - embrassant
le présent pour préserver l’avenir dans l’esprit du faya lobi.
Avec amour ardent,

— Paula Pinho Martins Nacif

Faya Lobi, 1 février -> 21 mars 2020
Galerie Praz-Delavallade5, rue des Haudriettes, 75003 Paris
mardi - samedi, 11h-19h

A télécharger :

Galerie Praz-Delavallade

5 rue des Haudriettes 75003 Paris
Tel : 01 45 86 20 00
Mail : info@praz-delavallade.com

Site : Galerie Praz-Delavallade

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 30 janvier 2020

En ce moment

Toute la programmation