Fractal Spaces

12 octobre -> 1 décembre 2018

Depuis 2016, Marc Lathuillière développe un important corpus de travaux photographiques sur l’industrie, ses emplois et ses géographies en crise. Complétant sa série iconique Musée national, une trentaine de portraits masqués d’ouvriers et de chefs d’entreprise ont été produits en vallée du Rhône pour sa récente exposition personnelle au Creux de l’enfer. L’artiste y associe ici des pièces inédites de sa nouvelle série, Fractal Spaces, des paysages industriels montés sur miroir, photographiés, telles des apparitions spectrales, à travers des rideaux de végétation. Témoignant de ce changement de forme, Fractal Factory se présente comme un atelier possible de l’artiste : les mutations expérimentales à l’œuvre dans son travail y reflètent ses questionnements sur les transformations économiques et climatiques de l’ère post-industrielle.

Au cours des deux dernières années, Marc Lathuillière a développé un important corpus de travaux photographiques sur le monde de l’industrie. Thématique centrale de sa récente exposition au Creux de l’enfer, elle est pour lui une zone sismographique où s’observent les crises des sociétés occidentales. Pour ces prises de vue, le centre d’art a invité l’artiste en résidence à Moly-Sabata (Fondation Albert Gleizes), située dans la vallée du Rhône, au croisement de plusieurs bassins industriels : textile, chimie, céramique... C’est d’abord aux personnes y exerçant qu’il s’est intéressé. Une trentaine de portraits sont ainsi venus prolonger sa série iconique Musée national : ouvriers principalement, classe qui, fragmentée par la désindustrialisation, a largement perdu de sa visibilité, mais aussi dirigeants d’entreprise. Tout comme le millier de Français déjà photographiés à travers le pays pour cette série, tous portent un même masque : il dit la précarité de leur relation aux usines dans lesquelles ils posent, pourtant fiers de leur savoir faire, tout comme notre tentation de percevoir celles-ci comme un patrimoine figé.

Pour Marc Lathuillière, le remplacement de l’usine par le réseau comme moteur de l’économie globalisée nécessite une nouvelle représentation des géographies impactées par cette mutation. Dans la même région, il a saisi des zones d’activité à travers d’épaisses végétations, point de vue sauvage qui inverse celui de l’homme sur la nature altérée adopté par la photographie topographique habituelle. Montées sur miroir, ces images d’architectures industrielles et les arborescences fractales qui les masquent se reflètent en couches successives dans la profondeur du tain, invitant à se positionner face à elles. Les pièces de cette nouvelle série, Fractal Spaces, plongent ainsi le regardeur dans le paysage contemplé et, réflexion sur l’anthropocène, suggèrent un point de vue de l’homme partagé avec le vivant.

Dans « Fractal Factory », ce changement de forme – du portait masqué au paysage réfracté – se traduit par un dispositif évoquant un atelier fictionnel : celui, mental, de l’artiste, quand, préparant son exposition au Creux de l’enfer, il a choisi de réserver les paysages sur miroirs pour des expositions ultérieures. Celle présentée aujourd’hui à la Galerie Binome se veut donc fabrique d’autres dispositifs possibles. Elle offre pour cela un premier regard sur des étapes de Territorisme, essai critique sur la photographie de territoire dont Marc Lathuillière est en train d’achever l’écriture. Mettant en exergue les mutations expérimentales à l’œuvre dans son travail, « Fractal Factory » reflète ainsi nos questionnements sur les transformations économiques et climatiques de l’ère post-industrielle.

Fractal Spaces, 12 octobre -> 1 décembre 2018
Galerie Binome19 rue Charlemagne, 75004 Paris
Galerie Binome

19 rue Charlemagne 75004 Paris
Mail : info@galeriebinome.com

Site : galeriebinome.com

Du mardi au samedi de 13h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 13 octobre 2018

Tags :

#photographie, artcomtemporain, marclathuilliere, galeriebinome, museenational, fractalspaces, industrie, fabriquenationale

#photographie

#artcomtemporain

#marclathuilliere

#galeriebinome

#museenational

#fractalspaces

#industrie

#fabriquenationale

#Creuxdelenfer