Full Moon

Timothy Cook (rétrospective) // 7 octobre -> 5 novembre 2016

Une exposition exceptionnelle en présence de l'artiste: Timothy Cook est très certainement l'un des artistes les plus singuliers d'Australie. Concis, poétique, son art allie tradition des Îles Tiwi avec ses ocres naturelles et chaleureuses et une novation caractéristique. Son sujet de prédilection est "Kulama", cérémonie initiatique qui dure trois jours au moment de la dernière pleine lune annonçant la fin de la mousson. Une quinzaine d’œuvres seront exposées reflétant ces dix années passées.

Situées aux confins des mers de Timor et d’Arafura, au large de Darwin (Nord Ouest de l’Australie), les îles Tiwi sont à l’écart du continent australien à plusieurs titres. Par cette origine insulaire, elles cultivent une différence notable, tant dans la thématique picturale et  dans le rapport au monde animal et végétal (totems) que dans l’histoire d’un passé.

 

Le culte veut que tout vienne de la mer. Par elle, un jour, arrivèrent Mudungkala, l’ancêtre primordiale, une vieille femme aveugle et ses trois enfants. Les îles n’étaient alors que terres nues et sans vie. Avec cette femme, le monde est né. Les végétaux, les animaux prirent naissance. On dit qu’en ces temps, la mort n’existait pas.

 

Inspirées des croyances initiatiques qui relatent la création du monde aborigène, les peintures des Tiwi reproduisent en particulier les peintures corporelles dont se parent les danseurs, hommes ou femmes dans des contextes comme le Pukumani (rite funéraire) ou le Kulama (rite initiatique masculin) ou encore pour quelques anniversaires, naissances, mariages. Elles rappellent la genèse particulière attachée à cet ensemble d’îles dont Melville et Bathurst en forment l’essentiel.

 

Timothy Cook (dit TARTUWALI)

Lauréat du 29ème National Aboriginal and Torres Strait Islander Award en 2012, l’une des distinctions les plus importantes de l’art aborigène.

 

C’est à Milikapti, sur la côte Nord de Melville, que se trouve l’atelier de Timothy Cook, dans un centre d’art qui a révélé la fameuse Kitty Kantila dont les œuvres figurent dans nombre de  musées d’art contemporain nationaux comme internationaux, comme dans nombre de collections ou fondations averties.

Timothy Cook a pris sa suite (l’une de ses œuvres figure depuis 2009 dans la collection du musée Branly – Chirac). Nous l’avions remarqué et rencontré lors d’une première visite à Jilamara en 2009 également.

 

Au-delà de la technique caractéristique de cette région (ocres naturelles sur toile), l’art de Timothy Cook se distingue par un travail extraordinairement concis et poétique.

En position centrale, il y a souvent ce cercle délibérément décalé, imparfaitement rond, qui attire l’œil jusqu’à hypnotiser. Parfois, ce rond est lui-même encerclé à une ou plusieurs reprises, diffusant la forme initiale sur la surface en ondes progressives. Cette figure peut être la Lune au centre et ses reflets. L’ensemble est souvent peint sur un fond piqueté. Le galuchat, représentant le requin, nous donne l’intention profonde de l’artiste : son totem,

c’est-à-dire lui, danse au cœur de la cérémonie. Il identifie la place que prend Timothy dans cette organisation cérémonielle majeure chez les Tiwi. A la dernière Lune qui annonce la fin de la mousson, les habitants se réunissent, célébrant le cycle de la vie et de l’initiation première. Mais la Lune n’est pas seulement un astre, elle est la matérialisation d’une femme qui s’est réfugiée là, dans le ciel. Dans la mythologie Tiwi, elle laissa son enfant au soleil sur la plage pour aller voir son amant. L’enfant fut retrouvé par son père revenu de la chasse : mort par insolation. On dit que la mort n’existait pas avant ce terrible accident.

Le cercle et le rond central peuvent également représenter une autre matérialisation, celle du « légume empoisonné « (Igname) que les danseurs assemblés autour de lui vont préparer lors du Kulama. Cette cérémonie annuelle qui célèbre la nourriture et le corps est annoncée par une Lune mouillée à la fin de la saison humide, ou mousson. Toujours la Lune !!

Full Moon, 7 octobre -> 5 novembre 2016
Galerie Luc Berthier
La galerie est ouverte du mardi au samedi de 14h à 19h. Ou sur rendez vous en téléphonant.
Galerie Luc Berthier

5 rue Sainte Anastase 75003 Paris
Tel : 01 42 77 83 44
Mail : contact@galerielucberthier.com

Site : Galerie Luc Berthier

Du mardi au samedi de 14h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 26 septembre 2016