La lumière n'existe pas

Avec le soutien aux galeries / 1ère exposition du Centre National des Arts Plastiques // 27 janvier -> 24 février 2018

Après leur participation à la 14ème biennale de Lyon et au 62ème salon de Montrouge, Anne-Sarah Bénichou invite Jingfang Hao et Lingjie Wang pour une exposition personnelle à la galerie. Le duo d’artistes, qui vit à Mulhouse et travaille entre Paris et Shanghai, propose principalement des installations. Formés en tant qu’ingénieurs avant d’intégrer une école d’art en France et particulièrement sensibles aux changements indétectables dans la nature, qu'il s'agisse du soleil, des étoiles ou du passage du temps, Jingfang Hao et Lingjie Wang proposent une vision poétique de ces changements tout en les exposant à la vue de tous.

Pour l'exposition, plusieurs œuvres et installations qui constituent des temps forts dans leur travail ces dernières années seront produites, ré-activées ou présentées pour la première fois, avec pour angle principal la réflexion des artistes autour de la lumière. Intitulée ''La lumière n'existe pas'', elle fait référence à une citation de Francis Picabia ''Ce sont les mots qui existent, ce qui n'a pas de nom n'existe pas. Le mot lumière existe, la lumière n'existe pas.'' Il s'agit ici d'interroger notre perception de la lumière, de la beauté et des illusions qu'elle peut créer. Dans l'œuvre ''Sun Drawings'', les artistes invitent chaque jour le soleil à dessiner grâce à un dispositif constitué d'un socle, d'une loupe, et de papier thermique. Durant le jour, les rayons du soleil passent à travers la loupe, pour se concentrer en un point lumineux, point qui laissera sa trace sur le papier thermique. Le déplacement du soleil en une journée forme, non pas une tâche mais un trait, composé de l'accumulation des tâches sur le papier, suivant la course du soleil, et de l'environnement. La lumière est décomposée dans les installations nommées ''Arc-en-ciel'' et qui se déclinent selon des formes abstraites comme de grandes étendues de sable sur le sol ou au mur sur lesquels apparaissent comme par magie des arcs multicolores selon que l'on se déplace face à l'œuvre. Les nuages colorés d' ''Un pas au ciel'' jouent quant à eux avec la chaleur et changent de couleur en fonction de celle-ci. C'est, de fait, le nombre de personnes autour de l'œuvre qui crée des variations qui se déclinent autour de ces nuages. ''In a Universe where everything moves at all'' joue avec la perception du spectateur ; sous la forme d'un tableau se cache en réalité un mécanisme créant un point lumineux mouvant à la surface de la toile. Enfin la série de 7 photographies intitulée ''Corps dans la nuit'' est un hommage à lumière lunaire. Jingfang Hao décrit ainsi son expérience : ''Une nuit alors que j'étais en Afrique, j'ai fait une promenade avant de dormir. Il n'y avait pas de lumière dans la rue. En traversant la lumière de la lune et la poussière, j'ai croisé plusieurs formes qui faisaient ma taille. Elles ne bougeaient pas, silencieuses. Je les observais minutieusement. C'étaient des arbres protégés comme des tombes.''
La lumière n'existe pas, 27 janvier -> 24 février 2018
Galerie Anne-Sarah Bénichou45 rue Chapon, 75003 Paris
Du lundi au mardi, de 11h à 19h
Galerie Anne-Sarah Bénichou

45 rue Chapon 75003 Paris
Tel : 01 44 93 91 48
Mail : galerie@annesarahbenichou.com

Site : Galerie Anne-Sarah Bénichou

Du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 22 septembre 2018

En ce moment

Toute la programmation