Le goût de la modernité

Marvin E. Newman // 9 mars -> 2 juin 2018

C’est avec un grand plaisir que nous organisons à la galerie, la première exposition personnelle en France de Marvin E. Newman, avec une sélection de son travail allant de ses premières photographies faites durant son cursus universitaire à Chicago en 1950 à ses travaux datant des années 2000. De plus, nous projetons The Church on Maxwell Street, le film réalisé en 1951 avec son célèbre compère photographique Yasuhiro Ishimoto sur la rue qui a vu naître le blues de Chicago, un petit bijou cinématographique de sept minutes.

© Marvin Newman / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York

MARVIN E. NEWMAN, L’INVENTEUR

Je voulais commencer par écrire : Marvin E. Newman est né à l’âge de 16 ans, en 1943, au Brooklyn College de New-York où il eut pour parents Walter Rosenblum et Berenice Abbott. J’aurais aussi pu brouiller les pistes et affirmer que Newman était né en 1949 au célèbre Institute of Design de Chicago, fils de Harry Callahan et de Aaron Siskind. Mais un peu de sérieux, Marvin E. Newman est né le 5 décembre 1927 dans le Bronx, à New-York, fils de Monsieur et Madame Newman. Il vit aujourd’hui dans le New-Jersey.

Si on le lui demande, Marvin E. Newman se reconnait spirituellement lié à Lewis Hine, à Walker Evans et à Harry Callahan. Des deux premiers, et surtout de Hine, il retiendra une profonde compassion pour ses sujets. Une extrême humanité mêlée de mélancolie que l’on peut retrouver dans sa série Striptease à Kansas City qui date des années 1950 ou dans son travail sur les prostituées de la rue Saint Denis à Paris en 1960.  De Callahan, c’est là une évidence, il gardera une esthétique issue du Bauhaus, comme en témoignent ses photos de reflets qui datent de la fin des années 1940.

Mais Marvin E. Newman est bien plus qu’un élève ou un suiveur. Il est même tout le contraire, il est un inventeur. Il est de ces artistes qui ouvrent des portes. Pas une, des portes. Et ils sont rares ! En cela je n’hésite pas à le placer dans la lignée d’un Picasso qui ne cesse d’inventer et de se réinventer. Dans les œuvres de Marvin E. Newman, il faut bien faire attention à l’année de la prise de vue. Je pense notamment à cette photo de la bourse de Wall Street, Bird's Eye view, New York Stock Exchange. Comment ne pas penser à la série de photos d’Andreas Gursky, prises entre les années 1990 et les années 2000 ? Mais la photographie de Marvin E. Newman, elle, date de 1956 et elle me semble plus contemporaine encore. Il est impossible que Gursky ne s’en soit pas inspiré. Mais peu importe d’ailleurs. Aussi reconnue soit-elle, l’œuvre de Marvin E. Newman me semble encore largement sous-estimée vu l’importance qu’elle revêt dans l’histoire de la photographie.

Puisque nous évoquions la photographie Bird's Eye view, New York Stock Exchange, intéressons-nous à Marvin E. Newman, photographe couleur. Il n’est pas étonnant qu’en décrivant ses photos de Broadway du milieu des années 1950, Marvin E. Newman évoque comme source d’inspiration un autre de ses professeurs, le peintre Burgoyne Diller qui peut être considéré comme un élève américain de Mondrian. Et à y regarder de plus près, dans ces photographies de Broadway il n’est question que de cela, de lignes brisées, d’équilibre et de vibrations des couleurs. Ces œuvres sont autant l’œuvre d’un peintre que celle d’un photographe. Pour Newman, l’homme voit le monde en couleurs et non en noir et blanc. En cela, il est à l’opposé d’un Cartier-Bresson.

Et, pour en revenir à un sujet qui tient à cœur à Marvin E. Newman, celui de la prostitution, ses photographies prises à Reno dans le Nevada en 1970 relèvent d’une toute autre esthétique que celles prises jadis à Kansas City ou à Paris. Ces photographies sont annonciatrices d’une esthétique qui ne verra véritablement le jour que dans les années 1980 avec notamment Nan Goldin.

Il faut donc être vigilant. Il n’existe pas un seul, mais plusieurs Marvin E. Newman. Ou peut-être faudrait-il alors parler comme pour Picasso, de périodes. La période Chicago, la période New-York, la période San Gennaro, la période Coney Island, la période Kansas City, la période Broadway, la période Las Vegas, la période Wall Street, la période Sports Illustrated, la période 42nd Street, la période Californie, pour n’en citer que quelques-unes.

Marvin E. Newman ne cessera jamais d’être étonné. Et donc de nous étonner. De nous émerveiller. Bonjour, Monsieur Marvin Newman.

Olivier Beer

 

Le goût de la modernité, 9 mars -> 2 juin 2018
Les Douches La Galerie5, Rue Legouvé, 75010 Paris
Horaires : Du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous Heures de vernissage : Vernissage le 8 mars de 18h à 21h Moyens d'accès : Métro : Jacques Bonsergent ou République Parking : Grand Garage Saint Laurent, 52 ter rue des Vinaigriers Site internet : lesdoucheslagalerie.com
Les Douches La Galerie

5 rue Legouvé 75010 Paris
Tel : 01 78 94 03 00
Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com

Site : Les Douches La Galerie

Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 21 février 2018

Tags :

##lesdoucheslagalerie #marvinnewman #photography #exhibition

##exposition #photographie #vintage

#Marvin E. Newman

En ce moment

Toute la programmation