LE VOILE, KRISTINA JANSSON

25 juin -> 1 août 2020

Andréhn-Schiptjenko à le plaisir de présenter Le Voile, la première exposition de Kristina Jansson à Paris, et sa troisième avec la galerie.

Dans l'œuvre de Kristina Jansson, le récit constitue tout à la fois le moteur conceptuel et thématique. En tant que peintre, deux des interrogations principales de Jansson sont précisément : Que créer avec un medium déjà si chargé ? et Que fait-on réellement lors de la création d’une image peinte ? 

 

Ce n’est pas simplement une image telle qu’elle existe dans cet espace entre image et matière, dans la friction de prétendre et de faire allusion à quelque chose d’illustratif alors qu’en fait le subversif, la sensualité du matériau, est une barrière entre l’apparent et quelque chose d’inconnu. Le spectateur se laisse berner mais est aussi surpris.

 

Les peintures de Jansson sont une façon de voir augmentée, une compréhension intuitive du fait même que vous regardez et expérimentez en même temps. Ses œuvres sont grandioses et ambiguës. Elles traitent souvent de la relation emblématique des images avec les courants et les désirs humains, tels que l’argent, le pouvoir et la luxure. L’artiste est préoccupée par l’espace architectural, la perception et la mémoire en utilisant la peinture comme une construction visuellement séduisante.

 

La peinture n’est pas une image, mais plutôt le frottement entre l’image et le matériau. La matérialité la détourne de l’imagerie, de la photographie. Le peintre travaille dans cet espace, dans cette friction. La peinture, quoi qu’elle veuille représenter restera un fouillis entre l’image et la façon dont le matériau transmet son contenu. Pour moi, une peinture n’est jamais un objet innocent. Pour moi, c’est des morts-vivants, actifs, qui vous regarde.

 

-   Kristina Jansson

 

Le Voile peut être interprété de nombreuses manières. La première est littérale, à l’image du rideau d’un théâtre qui détermine ce que nous pouvons voir et quand. Mais aussi comme une métaphore de ce qui n’est pas immédiatement visible, même si nous pensons le connaitre. Une peinture peut être conçue comme une réalité plutôt qu’une image de la réalité. Cet aspect est renforcé à notre époque car nous sommes totalement imprégnés par l’image photographique, toutes les images étant retouchées via les conventions, les attentes, les filtres, les éditeurs et les médias sociaux. Une peinture d’une certaine manière semble toujours incompréhensible et étrange depuis le lieu et l’endroit d’où elle nous observe.

 

Kristina Jansson (née en 1967 en Suède) a étudié à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris France, The Fine Arts Academy, Vienne, Autriche et à la Royal Institute of Art de Stockholm, où elle a obtenu son diplôme en 2001.

 

Elle a été largement exposée en Suède et à l’étranger et elle est l’une des peintres les plus réputées de Suède. Parmi les expositions personnelles récentes, citons le Värmlands Konstmuseum (2020), Norrtälje Konsthall (2018) et Borås Konstmusuem (2015), entre autres.

LE VOILE, KRISTINA JANSSON, 25 juin -> 1 août 2020
Andréhn-Schiptjenko10 rue Sainte Anastase, 75003 Paris
Pour plus d’informations et demande de visuels, veuillez contacter Joséphine Bursachi à josephine@andrehn-schiptjenko.com Prochaine exposition : Gunnel Wåhlstrand 12 septembre – 31 octobre
Andréhn-Schiptjenko

10, rue Sainte-Anastase 75003 Paris
Tel : 01 81 69 45 67
Mail : paris@andrehn-schiptjenko.com

Site : Facebook

Ouvert du mercredi au samedi de 14 heures à 19 heures

Plus sur cette galerie

Publié le : 17 juillet 2020

Tags :

#exposition

#Kristina Jansson

En ce moment

Toute la programmation