Mia Marfurt - EASY EYES

18 janvier -> 24 février 2018

Première exposition personnelle en France de l'artiste suisse Mia Marfurt

Mia Marfurt, Rambuteau, 2016, Epoxy, fibre de carbone, pigment, 200 x 250 x 7 cm

L’oeuvre de Mia Marfurt explore ce qui, dans l’espace, se déplace. Nombre de ses créations peuvent évoquer le dessin, bien qu’elle soit sortie de ce domaine. Si la ligne est le point de départ, elle a été extrudée, dilatée et incarnée dans une physicalité qui relève moins du pur marquage que de la physique de l’espace. Cette science du volume l’amène à la sculpture. Les dessins de Mia Marfurt investissent l’espace d’une pièce.
 

 

La matérialité et la forme sont traitées à travers des processus très raffinés dans toutes les créations de Mia Marfurt (née en 1985 à Zürich, en Suisse). L’élégance de ses oeuvres opère à merveille par la dissociation exquise qu’elle opère entre les éléments de structure, de surface et de texture, les révélant au regard. Les formes tubulaires y évoquent des couloirs et tunnels qui rendent visibles l’énergie en mouvement, à l’image de l’électricité circulant dans les câbles ou du sang qui coule dans les veines.

Les lignes deviennent formes dans l’installation Aqua Felice, qui donne à voir plusieurs tubes d’eau colorée reposant sur le sol de la galerie. Le plastique qui donne sa forme aux tubes, issu de la production industrielle alimentaire, sert ici de contenant artificiel pour la plus grosse saucisse de toute la Suisse. Plutôt que de la remplir avec un fourrage comestible, l’artiste utilise un liquide coloré au moyen de quelques gouttes d’encre de cartouches d’impression Epson Ultrachrome. Cyan, magenta, jaune et noir : ce sont les couleurs que l’artiste choisit pour créer des traces de 20 cm de diamètre qui traversent la galerie. Des lignes imprimées, exponentiellement magnifiées, sont intégrées dans l’espace architectural de la galerie; l’exactitude et la précision de l’impression nous rappellent que nous vivons dans un monde de reproductions. 

La reproduction et la copie sont également présentes dans la colonne verticale Finkenkrug (2013). La sérigraphie sur aluminium avec une résolution en 2K imite une forme antique à échelle 1:1, bien que le réalisme ne soit pas l’effet recherché. L’image blanche et dense d’une colonne grecque sur un cylindre d’aluminium industriel nous annonce que l’oeuvre est une réplique moderne dans un cadre contemporain. Cette copie creuse, sur le plan physique comme métaphorique, figure l’intégrité visuelle de l’antiquité sans jamais chercher à vouloir se cacher. Ce faisant, elle nous invite à nous demander pourquoi le simulacre ne possède pas forcément les mêmes propriétés que l’original, resté debout quelque part dans un lieu distant marqué par l’histoire.
 

 

Rambuteau et Duroc sont des dessins en forme de lignes extrapolées, résultat d’un procédé de production numérique complexe à base de carbone, époxy, pigments, pièces insérées en acier et Téflon. Dessiné à la main directement sur ordinateur et transféré à une machine pour impression 3D. Marfurt fait sien le dialogue propre à l’interface homme/machine. Accrochée au mur, telle une peinture grand format de 250cm x 200cm x 7cm (Rambuteau, 2016), l’oeuvre de tuyaux colorés emmêlés en trois dimensions en dit plus sur l’espace que sur la peinture. Marfurt réoriente nos considérations sur l’espace à l’intérieur duquel l’oeuvre existe. Ici, l’apparence de peinture est avant tout une excuse pour parler d’architecture, même si l’excuse est très attirante, séduisante sur le plan matériel et intrigante sur le plan formel. 

Les objets déplacent un volume plus grand qu’ils n’en ont l’air dans l’oeuvre de Mia Marfurt. Les lignes se solidifient en cylindres, les plats deviennent arrondis et les images imprimées reproduisent une forme, sous l’effet de la reconfiguration physique opérée par Marfurt. L’extrusion de lignes en formes dimensionnelles force nos corps à considérer l’espace à l’extérieur et autour de l’objet tandis que nos yeux contemplent l’objet lui- même. De par la beauté et de l’intégrité des objets eux-mêmes, Marfurt nous met face à un détournement troublant et révélateur.




Traduit par Noam Assayag
 

Mia Marfurt - EASY EYES, 18 janvier -> 24 février 2018
Galerie Allen59 rue de Dunkerque, 75009 Paris
Du mercredi au samedi de 14h à 19h. ou sur rendez - vous
Galerie Allen

59 rue de Dunkerque 75009 Paris
Tel : +33 1 45 26 92 33
Mail : contact@galerieallen.com

Site : Galerie Allen

Du Mercredi au Samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 20 janvier 2018