Miloslav Moucha, Corrections de Formats (1972-1984)

10 octobre -> 16 novembre 2019

« Moucha en fait s’acharne à nous démontrer qu’en aucun cas le nombre ne peut être le signe de la matière. » Pierre Restany, août 1977, Paris "Moucha, however, tries truly tenaciously to show us that number can in no circumstances be a sign of matter." Pierre Restany, august 1977, Paris

Sans titre, 1976, encre de chine sur papier, 120x40 cm x4

D’après Fabrice Hergott, Miloslav Moucha s’est avancé sur son chemin dominé par l’obsession d’une chose unique : dégager l’essentiel, faire en sorte qu’une chose représentée existe, qu’elle ne soit pas seulement image, composition ou forme, ou contenu, mais qu’elle existe à part entière, avec les conditions de l’art qui sont celles d’une vie miraculeuse, sans chute, mais toute de parallélismes.
 
« Une vie fixée pour toujours au-dessus du monde normal, ni pire ni meilleur, seulement plus longue, c’est-à-dire plus disponible. »
 
Fabrice Hergott, 1986.
 
Miloslav Moucha explique, dans Note sur le rapport entre la forme et son contenu, que le contenu dicte la forme et la forme révèle le contenu.
 
Chaque discipline (la poésie, la musique, la peinture, la sculpture…) a ses limites et sa profondeur (infinie) propres. C’est pourquoi tous les arts opèrent en parallèle et se rejoignent dans l’infini, car leur but est le même.
 
Si le contenu qui dicte la forme provient des profondeurs de la première création, cette forme vous révèle l’intelligence de la vie.
 
« Ce qui précédemment rassemblait les lignes et les plans en unité, suspendue et instable, se délite, se dénoue. »
 
Olivier Kaeppelin, «Le passage intérieur», 1989.
 
Le peintre accepte d’abord le chahut des géométries et ainsi se trouve confronté à l’ordre de la division. D’un côté la reformulation, à l’intérieur du cadre, du lieu d’apparition: un rectangle, un dessin droit; de l’autre: un éclat de lignes courbes ou brisées, de spirales, de cercles, d’ovales indécis qui nous emmènent dans un mouvement de traversée. Icône et mobilité semblent s’opposer, s’exclure mais Moucha sait qu’il en est rien. 
 
 
According to Fabrice Hergott, Miloslav Moucha moved forward on his path dominated by the obsession with a single thing: to clear the essential, to make sure that something represented exists, that it is not only image, composition or form, or content, but that it exists in its own right, with the conditions of art which are those of a miraculous life, without falling, but all of parallelism.
 
"A life fixed forever above the normal world, neither worse nor better, only longer, that is, more available. "
 
Fabrice Hergott, 1986.
 
Miloslav Moucha explains, in Note on the relationship between form and content, that content dictates form and form reveals content.
 
Each discipline (poetry, music, painting, sculpture ...) has its own limits and depth (infinite). This is why all the arts operate in parallel and join in the infinite, because their goal is the same.
 
If the content that dictates the form comes from the depths of the first creation, this form reveals the intelligence of life.
 
"What previously gathered the lines and planes in unity, suspended and unstable, disintegrates, unravels. "
 
Olivier Kaeppelin, "The inner passage", 1989.
 
The painter first accepts the heckling of geometries and thus finds himself confronted with the order of division. On the one hand, the reformulation, within the frame, of the place of appearance: a rectangle, a straight drawing; on the other: a shine of curved or broken lines, spirals, circles, undecided ovals that take us in a crossing movement. Icon and mobility seem to oppose, exclude but Moucha knows that it is nothing.
 
 

 

Miloslav Moucha, Corrections de Formats (1972-1984) , 10 octobre -> 16 novembre 2019
Galerie Laure Roynette20 rue Thorigny, 75003 Paris
Du Mardi au Samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h
Galerie Laure Roynette

20 rue de Thorigny 75003 Paris
Tel : 01 42 71 06 35
Mail : lr@laureroynette.com

Site : Galerie Laure Roynette

Du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 9 octobre 2019

Tags :

##miloslavmoucha #dessin

#Miloslav Moucha