PAUL CZERLITZKI - Yaled & DELPHINE COINDET - Quoi fabrique qui ?

9 avril -> 25 mai 2019

La première exposition personnelle dans le nouvel espace de la Rue Eugène Oudiné était une proposition de Claude Closky, intitulée Vampires & fantômes. Ce projet abordait des questions liées au hasard et à l’intention, non seulement à travers les œuvres exposées, mais également par le dispositif de présentation et d’éclairage. Inviter Delphine Coindet et Paul Czerlitzki à exposer ensemble, relève bien entendu d’un choix mais contient aussi une part de hasard... Les œuvres de Delphine Coindet réunies ici étaient toutes présentes dans l’exposition personnelle Ventile au centre d’art Le Portique du Havre à l’automne 2018 tandis que celles de Paul Czerlitzki, n’étaient pas encore réalisées quand l’invitation à exposer lui a été faite.

 

 
Pourtant leurs travaux semblent se faire échos, des points de contacts apparaissent et installent un dialogue imprévu… Par exemple, l’invocation de la figure de Joseph Beuys dans l’œuvre Pour Joseph de Delphine Coindet, alors que Paul Czerlitzki vit en Allemagne, et a étudié à la Kunst Akademie de Düsseldorf où l’enseignement de Beuys a laissé une très forte empreinte.
 
 
Correspondances également entre le caractère énigmatique des grandes peintures monochromes noires de Paul Delay, qui s’affirment pourtant très objectives et matérielles, et la très concrète mais néanmoins mystérieuse Corde jaune et bleue de Delphine Coindet.
 
 
Des résonnances encore, entre les grandes sérigraphies sur feutre (coucou Joseph !) qui concentrent aléatoire et précision, éclat des couleurs et matité de la matière, et les tableaux FLESH OUT de Paul qui, bien qu’offrant à notre regard la matérialité crue de la toile, semblent pourtant inaccessibles… 
 

1 - Puisque tout le monde est artiste, pour qui faites vous de l’art ?

 

Delphine Coindet : Pour quiconque susceptible d’apprécier l’art tant qu’il y en a… (Les artistes sont bien souvent les regardeurs les plus avisés d’ailleurs). Sûrement pas pour quelqu’un en particulier.

Pour être honnête, je devrais dire que je le fais pour moi car c’est la seule voie que j’ai pu trouver afin d’échapper un tant soit peu au conformisme et au mode de vie bourgeois auquel j’étais initialement destinée. 

Ceci dit le plus dur reste toujours de ne pas se laisser enfermer par ses propres certitudes, habitudes et 

automatismes tout au long de la vie.

 

Paul Czerlitzki : Laurent.

 

2 – Mais qui est ce Joseph Beuys ?

 

Paul : Pas Laurent.

 

Delphine : Quelqu’un d’assez génial et probablement assez cinglé pour revendiquer haut et fort que l’art et la créativité devraient être les préoccupations essentielles de l’humanité, que l’art devrait être considéré comme la « graisse » de toute structure sociale. 

Quelqu’un capable de joindre pratique artistique et activisme politique en étant membre d’un parti initiateur de la cause environnementale.Un modèle pour une démonstration concrète « d’Art Total ».

Par chance je suis tombée sur le documentaire Beuys du réalisateur Andres Veiel, quand je suis arrivée dans ma chambre d’hôtel au Havre en Octobre 2018.

Comme j’étais là pour installer mon exposition au centre d’art Le Portique, j’ai saisi cette coïncidence pour 

évoquer l’engagement hors norme du créateur du concept de « sculpture sociale », dont le travail était 

omniprésent et toujours très influent quand j’ai commencé mes études en école d’Art en France en 1987.

 

3 – Êtes-vous amis sur Facebook ou Instagram ?

 

Delphine : Désolée, ces réseaux sociaux décidément, ce n’est pas pour moi !

 

Paul : Seulement avec Laurent.

PAUL CZERLITZKI - Yaled & DELPHINE COINDET - Quoi fabrique qui ?, 9 avril -> 25 mai 2019
Galerie Laurent Godin36 bis rue Eugène Oudiné, 75013 75
Entrée Libre, Mardi - Samedi 11h - 19h
Galerie Laurent Godin

36 bis rue Eugène Oudiné 75013 Paris
Tel : 01 42 71 10 66
Mail : info@laurentgodin.com

Site : Galerie Laurent Godin

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

En ce moment

Toute la programmation