Simon Couvin

’Et l’impossibilité de l’imaginer autrement …’’ // 6 -> 29 juin 2019

Vernissage jeudi 6 juin 2019 de 16h à 21h Simon Couvin ’Et l’impossibilité de l’imaginer autrement …’’ Exposition jusqu'au 29 juin 2019 Entrée libre Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30

’’ Dans nos esprits où nous vivons tant à

Présent c’est vrai n’est ce pas

pas de monde sauf notre monde le monde

que nous faisons que nous créons pas de mots

sauf nos mots et l’impossibilité de l’imaginer autrement. ‘’

Paysages et silences. Geoffrey Squires

 

Simon Couvin file et défilent la matière cheveu. On pourrait y voir et entendre une ritournelle deleuzienne, revenant inlassablement nous entrainer tout au long des travaux du photographe artiste ou de l’artiste photographe. Même espace toujours un rien au-delà de la réalité visible, sinon entrainante, ouvrante, proposante… Et à nouveau Gilles Deleuze énonçant qu’il fallait parler chat avec les chats… Comme les enfants Simon Couvin invite à se « déterritorialiser ». Chevelure coussin, chevelure écharpe, douce chevelure…lumière voilée, dévoilée…main qui chemine dans nos cheveux, mèche liée entre deux linges…serait-ce un labyrinthe ? une échappée dans l’espace, une grande lunette, un microscope ? Qu’en sera-t-il des tirages pilaires lorsque nous les reverrons ? Qu’en sera-t-il de nous ?

A nous approcher de la matière vivante et détachée nous devenons chercheur. A chercher nous songeons et rappelons des images enfouies. Comme Proust nous savons que la gorgée suivante effacera la clarté de la précédente. Comme Deleuze nous serons toujours en quête de l’antépénultième, du verre avant le dernier, pour la route. Comme Hardellet, au «  seuil du jardin ». Auprès de Simon Couvin il reste la caresse des cheveux…

Les derniers travaux se mêlent et se reprennent tels leurs objets. Se baisser, ramasser des cheveux, en faire courrier et correspondance, les exposer, les coudre, les peigner, les mettre en cloche allant jusqu’à nicher aux coudes des façades, envahir les cuvettes d’existences adventices, fortuites, mauvaises herbes poussant sans y être invitées, éprouvant une matière utérine profane. Et les regarder, s’y étonner, un peu d’arrêt, une poétique que l’on pourrait voir peut-être pousser si on s’y laissait prendre. A y regarder de plus près, tel qu’il nous y invite, le propos, sa matière première, son support, son traitement, déroule une durée d’instantanés. Parsemés ou fournis, détachés, clochés ou sous cloche, le regard essaie de capter de l’un à l’autre des cheveux un mouvement d’ensemble. Trop tard. Les yeux se sont laissés prendre et happent le spectateur, le passant. De fait, la relation à l’œuvre est de nature esthétique mais créatrice à supposer que la création laisse les sens, en l’occurrence la vue par le canal de l’œil, voir, entendre, sentir, gouter, toucher. C’est cette surprise, cet étonnement, seuls qui nous invitent à partager ces travaux. La réflexion suivant.

Pourrait-on y trouver une entrée, un passage, un chant vers ce qu’il reste de nous quand rien ne demeure ? Simon Couvin interroge la matière à la manière d’un photographe : il nous propose la lumière.

Caroline Escoubet Philosophe.

Simon Couvin, 6 -> 29 juin 2019
Galerie Depardieu Art Contemporain6 rue du docteur Jacques Guidoni, 06000 Nice
Vernissage jeudi 6 juin 2019 de 16h à 21h Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30
Galerie Depardieu Art Contemporain

6 rue du Docteur Jean Guidoni 06300 Nice

Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 20 mai 2019

Tags :

##exposition #Simon Couvin #art plastique #installation #photographie #sculpture #technique mixte

##art #exposition #artcontemporain #photographie #galeriedepardieu #simoncouvin #sculpture

#Simon Couvin

En ce moment

Toute la programmation