Une Image

Vincent Olinet // 20 janvier -> 9 mars 2019

Communiqué de Presse

Pour cette nouvelle exposition, Une image, Vincent Olinet a conçu un dispositif où l’écoulement du temps et le rapport à l’espace occupent une place centrale. Il a envisagé ce rapport à l’immersion dans l’oeuvre et son approche comme un espace en développement, sans contraintes. L’image est sculpture, la sculpture est temps et les volumes existent au delà de ce qu’ils offrent à l’oeil.

« …Utiliser le temps comme un matériau c’est utiliser la perception du temps. Jouer avec la perception de la matière, du matériau, c’est influencer la perception globale spatiale de la représentation.. C’est l’esprit qui tord, manipule et complète notre perception comme une illusion d’optique visible d’un seul point de vue. ».

            Aux murs de la galerie, un papier peint. Très coloré, baroque et exubérant, sur lequel les fleurs et les bouquets paraissent être en relief, où les moulures ne sont faites que de coups de pinceau, il se révèle être une sédimentation de plusieurs superpositions d’images, un jeu de trompe l’œil à plusieurs niveaux. Dans la galerie, les murs deviennent autant de surfaces lisses successives, comme si l’on traversait une suite d’écrans. En avançant dans l’espace, on pénètre ce décor, on rentre dans l’image comme on aborde une sculpture, par une face. La sculpture a ceci d’unique qu’elle présente toujours une face cachée, on ne saisit jamais d’un seul regard son ensemble. De la même manière l’exposition est construite selon deux points de vue, le parcours retour dévoilant une nouvelle perspective.

            Sur des socles, des coupes de fruit, des vases dont on perçoit le caractère éphémère. Les vases, verres et carafes ne sont pas en verre mais de glace et sont bien en train de fondre lentement, sous nos yeux, ne laissant plus tard que quelques fruits, une tache de vin…

« …Glace et verre, eau, cristal sont comme reliés et apparentés dans les chemins de l’esprit. Echanger l’un avec l’autre, c’est créer la surprise du contre-emploi. Utiliser la glace d’eau à la place du verre c’est finalement poursuivre la quête des maîtres flamands, l’invention de la nature morte et de son ancrage sur une toile, c’est pousser au bout l’idée de disparition et de la capture du temps. Le temps est suspendu dans un bouquet, un raisin pourrit, la coupe disparaît. »

            Maintenant et 15h40, deux captations vidéos de plusieurs heures de compositions en train de fondre évoquent de manière encore plus évidente les natures mortes des artistes flamands du XVIIème siècle et de leur volonté de capter le temps et la mort à travers les représentations de vanités.

« Il n’y a pas d’illusion, juste un leurre simplement inadapté à notre persistance rétinienne et notre aversion pour la lenteur. C’est pourtant une trame réelle, un évènement dans toute sa longueur, qui fait se déliter la mise en scène tout en créant un nouveau scénario… Le moment de l’oeuvre est celui où elle est vue. ».

Une Image, 20 janvier -> 9 mars 2019
Galerie Laurent Godin36 bis rue Eugène Oudine, 75013 Paris
Ouvert du Mardi au Samedi de 11h à 19h ou sur rendez-vous Métro: ligne 14 (Olympiades) / 7 (Porte d'Ivry) RER: C (Bibliothèque François Mitterand) Tramway : 3A (Maryse Bastié) Bus: ligne 27 (Oudine) / 62 (Patay Tolbiac)

A télécharger :

Galerie Laurent Godin

36 bis rue Eugène Oudiné 75013 Paris
Tel : 01 42 71 10 66
Mail : info@laurentgodin.com

Site : Galerie Laurent Godin

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 18 janvier 2019

Tags :

#VincentOlinet

#Vincent Olinet

En ce moment

Toute la programmation