Wang Keping

19 mars -> 14 mai 2016

Exposition personnelle de Wang Keping, à la Galerie Zürcher, Paris

Wang Keping, le songe, 2011, bois de cyprès, 54 x 71 x 25 cm

Le sculpteur chinois Wang Keping, né en 1949 - l’année de l’avènement de la République populaire de Chine - après 29 ans d’exil (il a été expulsé en 1984), connaît enfin la reconnaissance dans son pays d’origine : une première rétrospective lui a été consacrée à Pékin en 2014 par l’UCCA (Ullens Center for Contemporary Art). En France, il vient de terminer une œuvre monumentale, Les Gardiens, pour le Château de la Celle-Saint-Cloud, propriété du ministère des Affaires Etrangères.

La galerie Zürcher est particulièrement fière de l’avoir soutenu et maintes fois exposé depuis 1986 à Paris puis à New York (depuis 2011). Wang Keping est, à la fin des années 1970, l’un des fondateurs du premier groupe d’artistes chinois non-officiels (aussi appelés « non-conformistes ») baptisé Xing Xing (Les Etoiles) parce que se souvient-t-il « nous étions alors les seules lueurs qui brillaient dans une nuit sans fin ».

A l’âge de 18 ans il est l’un de ces « gardes rouges » disciples de Mao, avant de se retrouver lui-même pris dans la tourmente de la Révolution Culturelle. Survivant au régime des camps de rééducation, il décide de devenir sculpteur à la fin des années 1970 et choisit le bois comme matériau de prédilection. Contestataire, ses premières œuvres sont explicitement provocantes : Idole ou Silence (1979) eurent un grand retentissement et furent exposées au Centre Georges Pompidou en 1989 et plus récemment à New York (China Institute in America, 2011). Un esprit de provocation qui l’anime toujours, mais à la différence de son ami Ai Weiwei, également membre du groupe à cette époque, c’est par la sensualité poussée parfois jusqu’à l’érotisme. Réfugié en France en 1984, Wang a orienté ses recherches vers une universalité des formes. Mais c’est la brûlure du feu qui donne au bois de ses sculptures sa patine noire, expression d’une brûlure intime qui ne s’effacera jamais. Bernard Zürcher

 

Expositions historiques

1980 : Première exposition officielle du groupe « Les Etoiles » au musée national d’Art de Chine, Pékin.

1979 : Première exposition non-officielle du groupe « Les Etoiles » devant le musée national d’Art de Chine, Pékin.

 

Expositions personnelles (Sélection)

Wang Keping, Zürcher Gallery, New York (2016) ; Wang Keping, Ullens Center for Contemporary Art (UCCA), Beijing (2014) ; Women, Zürcher Studio, New York (2013) ; Ben Brown Fine Arts, London (2013) ; Renaissance, Galerie Zürcher, Paris (2012) ; Wood, Flesh Form,10 Chancery Lane Gallery, Hong Kong (2012) ; Zürcher Gallery, New York (2011) ; La Chair des forêts, Musée Zadkine, Paris (2010) ; He Xiangning Art Museum, Shenzhen (2008) ; 10 Chancery Lane Gallery, Hong Kong (2007) ; Galerie Zürcher, Paris (2006) ; Galerie Grand Siècle, Taipei (2005) ; Galerie Zürcher, Paris (2003) ; 10 Chancery Lane Gallery, Hong Kong (2002) ; Déesses, Galerie Zürcher, Paris (2001) ; Galerie Zürcher, Paris (1999) ; Galerie Zürcher, Paris (1998) ; Alisan Fine Art, Hong Kong (1997) ; The Hong Kong University of Science and Technology, Hong Kong (1997) ; Ethan Cohen Gallery, New York (1996).

 

Lien vers le site de la galerie: http://www.galeriezurcher.com/exhibitions/wang-keping_1203?lieu=new-york&lang=fr

Wang Keping, 19 mars -> 14 mai 2016
56 rue chapon, 75003 Paris
Ouvert du Mardi au Samedi, de 12h à 19h; Vernissage le Samedi 19 mars de 18h à 20h

Publié le : 28 février 2016

Tags :

#exposition #contemporain #sculpture

#Wang Keping

##exposition #peinture #contemporain

#Wang Keping